Salut à tous, c’est Mathieu. En plus de la domotique, j’ai une deuxième passion : l’aquariophilie. Pour des raisons économiques, elle est un peu en stand-by pour l’instant, mais je vais essayer de la relancer. Et bien sûr, je vais essayer de mélanger ces deux passions pour vous exposer dans cet article mon projet d’aquarium domotisé. Nous allons donc essayer de détailler les automatismes nécessaires pour gérer le changement de l’eau, la nourriture, l’éclairage, l’engrais, et le chauffage.

Mon projet d’aquarium domotisé : le bac.

Je ne pars pas de rien, puisque lors de la construction de ma maison j’avais prévu d’intégrer dans un mur un petit bac de 1000 litres. Il mesure 2 mètres sur 70 cm de hauteur et de largeur. Dans ce bac, il y a déjà un compartiment technique pour la filtration et le chauffage. De plus, il est déjà percé, dans ce même compartiment pour faciliter les changements d’eau.

Évidemment, le départ en aquariophilie c’est le choix des poissons. Une fois les poissons choisis, on essaye de recréer le biotope dans lequel ils vivent afin de les voir évoluer dans les meilleures conditions possibles.

Avant, j’avais des discus.

Mon projet d’aquarium domotiséCes poissons magnifiques nécessitent une eau chauffée entre 28 et 30 degré toute l’année. De plus, il faut un éclairage assez puissant pour avoir de belles plantes. J’ai décidé de changer afin d’économiser un peu sur le chauffage et l’éclairage. Mon choix se porterait sur des Oscars. Non, pas ceux du cinéma, ceux là…

Mon projet d’aquarium domotisé

Ce sont de gros poissons, qui supportent des eaux plus fraiches, et qui ne sont pas trop fans de plantes. Normalement, je pourrai donc moins chauffer et éclairer mon aquarium. Mais mon choix n’est pas complètement arrêté, car les discus me font de plus en plus de l’œil !!!

Mon projet d’aquarium domotisé : le changement d’eau.

Comme je vous l’ai précédemment expliqué, mon bac est percé avec un passe-cloison en PVC.

Mon projet d’aquarium domotiséJ’ai créé une sorte de trop-plein qui récupère l’eau, et qui l’envoie dans les eaux usées de ma maison. Fini la corvée des changements d’eau. Une simple électrovanne branchée sur une prise connectée devrait faire l’affaire pour effectuer tous mes changements d’eau. Je compte déclencher cette électrovanne tous les jours quelques minutes pour juste compenser l’évaporation de l’eau. Un second déclenchement le weekend pendant la nuit pour effectuer un réel changement d’eau. Pourquoi le weekend, et pendant la nuit ? Tout simplement car l’eau (trop) froide qui arrive dans le bac va le refroidir et il faudra réchauffer un peu tout ce volume, donc le tarif de l’électricité étant le plus avantageux c’est la nuit et le weekend pour moi.

Mon projet d’aquarium domotisé : la nourriture

Alors là, je suis assez fier du petit bricolage que j’ai effectué. J’ai récupéré un moteur de perceuse électrique 12V. A la place du forêt ou de l’embout à visser, j’ai mis une sorte de vis sans fin que j’ai bricolé avec un tube PVC, et des morceaux de PVC collés. Il serait plus facile de le faire avec une imprimante 3D, mais à l’époque je n’en avais pas. Cette vis sans fin tourne dans un grand réservoir fait d’un tube PVC de 100mm, et entraine la nourriture dans le bac…

Mon projet d’aquarium domotiséUne nouvelle fois, nous branchons l’alimentation du moteur de la perceuse sur une prise connectée afin de pouvoir régler la quantité de nourriture distribuée.

Mon projet d’aquarium domotisé : l’éclairage

Pour la partie éclairage, j’ai opté pour les LEDS. Ma galerie est déjà construite. Je l’utilisais déjà dans le bac précédent. Toutes mes LEDS sont collées sur des tubes en aluminium carrés, et reliées entre elles (sur 3 circuits différents) puis connectées à un driver (alimentation pour les LEDS). Ce driver est lui relié à un raspberry, sur lequel tourne un programme appelé Babyfish, qui me permettait de tout contrôler. Ce logiciel vous offrait la possibilité de gérer le temps d’éclairage, l’intensité, la possibilité de simuler des levers et couchers de soleil, de simuler des orages, et vraiment plein d’autres choses. Malheureusement, il n’est plus disponible. Il va falloir que je me tourne vers autre chose.

Mon projet d’aquarium domotisé : l’engrais

Pour ma part, si j’opte pour les Oscars, je n’en aurai pas besoin. Par contre, pour les discus, il en faudra… Donc je réfléchis quand même à cette partie. Il suffit de s’équiper de pompes péristaltiques pour verser l’engrais automatiquement dans le bac. Ensuite, il faudra adapter le temps de fonctionnement de ces pompes.

Mon projet d’aquarium domotisé

En général, si vous voulez réaliser votre engrais tout seul, vous aurez plusieurs bidons de produits, donc plusieurs pompes péristaltiques. Pour mes discus, j’utilisais un engrais avec du fer et des microéléments, et un autre avec du phosphate, des nitrates, et du potassium.

Mon projet d’aquarium domotisé : le chauffage

Comme je vous l’ai précédemment expliqué, je ne vais pas avoir besoin de beaucoup chauffer l’eau, sauf une nouvelle fois si j’opte pour les discus… Donc, nous allons tout de même prévoir des chauffages. Je compte faire une sonde étanche avec un EspEasy, un peu comme je vous l’expliquais dans cet article. Cette sonde activerait via un scénario, le déclenchement du chauffage branché à une prise connectée. Dans ce genre de gros bacs, il peut être intéressant de prévoir un cordon chauffant sur le sol pour favoriser la circulation de l’eau. Ce cordon se branche également sur une prise connectée.

Mon projet d’aquarium domotisé

Pour aller encore plus loin, je pense même faire passer un tuyau (comme ceux utilisés pour les planchers chauffants) sous le sable de mon aquarium, pour pouvoir ajouter la possibilité de me servir ultérieurement de mon chauffage central pour chauffer mon bac ou éventuellement le rafraichir en cas de canicule dans la maison.

Mon projet d’aquarium domotisé : la conclusion

Voilà, je viens de vous présenter mon projet. Je pars néanmoins sur pas mal de matériel que j’avais déjà sur mon précédent bac. Mais l’idée est de rendre ce bac complètement connecté. Pourquoi pas mettre en plus une caméra étanche pour filmer les colocataires, et multiplier les différents capteurs pour connaître à tout moment les caractéristiques mon eau. Si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas !!!



Partager sur :

Infos de l'auteur

Je m'appelle Mathieu, j'ai 35 ans, et je vis à Limoges. Je suis prof d'EPS, et passionné de domotique. Amateur de DIY et de bricolage, j'aime aussi la cuisine, le bon vin.

14 commentaires

  1. Bonjour,
    Je me suis intéressé un temps à « domotiser » aussi un tout petit aquarium (finalement, je n’ai mis qu’une prise connectée pour la lumière), j’avais pensé à plein de trucs, dont certains sont cités dans ton article bien plus complet. J’avais commencé à relever la température avec un Wemos, mais esthétiquement c’était pas « propre » (je n’avais pas alors pas encore d’imprimante 3D pour faire un joli boîtier).
    J’avais pensé en plus à intégrer un pH-mètre sur Wemos aussi. Le capteur est un peu plus cher qu’une sonde de température mais peut-être que pour un aquarium comme le tien, ça vaut le coup.

  2. Voilà un projet fort intéressant. Les paramètres techniques à gérer et à combiner sont nombreux!
    Je m’autorise quelques remarques:
    Changement d’eau: L’idée est astucieuse mais elle a un inconvénient majeur: le sol n’est pas nettoyé ! Une aspiration avec une cloche par syphonnage dans tous les coins et recoins est indispensable (tous les 15 j environ) et à ce titre une intervention manuelle est absolument nécessaire! Et sans parler du nettoyage des vitres …
    Discus et plantes, une question de température ! 28 /30 degrés c’est trop pour les plantes pour une belle croissance (plutôt 25/26 degrés pour les plantes amazoniennes style echinodorus) cela dit il y a une marge d’adaptation et mes discus vivent très bien à 25/26 degrés! 😉
    Dans l’encyclopédie du discus (par Teton & Allgayer, éditeur Aquarama/Sopic 1986) il est indiqué page 41 que dans leur cadre naturel, les discus vivent sans aucune plante, juste des racines et des branches immergées du fait de la composition si particulière de l’eau des cours amazoniens… A méditer. ..
    Discus et nourriture: Le distributeur automatique ne peut envoyer que de la nourriture sèche type granulés. Or les discus ont besoin de « chair fraîche » genre larves de moustiques et coeur de boeuf haché (en congelé bien sûr ! ). Problème de domotique là aussi !
    Discus et engrais: ce sont les plantes qui ont besoin d’engrais liquides, pas les discus ! Personnellement je ne me lancerais pas dans la fabrication de ce cocktail chimique en raison des risques de surdosage (ou sous dosage) de certains composants : risques d’empoisonnement des poissons ou prolifération des algues !
    Enfin, en ce qui concerne les économies d’énergie liées à la domotique, elles seront vraiment à la marge ( quelques euros par mois ?) et sans rapport avec le coût des installations nécessaires ! Il faudrait des années pour rentabiliser un tel investissement ! J’y vois plutôt ici, une satisfaction intellectuelle ! 🙂
    Cela dit je trouve ce projet très intéressant même si la domotique ne peut pas résoudre tous les aspects techniques de l’aquariophile, et ne pourra jamais rendre un aquarium parfaitement autonome.

    • Très bonnes remarques…
      Par contre, pour le nettoyage du sol, dans un bac de 1000 litres ils se font assez rares. Les flux d’eau doivent permettre de brasser les accumulations. Le nettoyage du filtre oui.
      Pour les vitres, oui pas encore de domotique 😉
      Pour le biotope, je crains malheureusement que les biotopes de nos discus actuels sont nos bacs. En effet, ils sont produits et reproduits dans des aquariums depuis des dizaines de générations. Par contre, c’est vrai pour discus sauvages, tu as raison.
      Pour la température, je suis bien d’accord avec toi, c’est compliqué. Au dessous de 28°, les discus consomment plus pour lutter contre la chaleur et ont de ce fait une espérance de vie plus courte. Au dessus de 28°, les plantes n’aiment pas trop. Mais bon, à 28, les echi ça pousse…
      Pour la nourriture, le distributeur est présent pour nourrir tous les jours, de façon régulière. Rien n’interdit d’ajouter du vivant en appoint, ou des larves d’insectes. Par contre, pas bon le coeur de boeuf…
      Pour l’engrais, j’ai fait un peu d’aquascaping, donc pas de soucis, je maîtrise un peu les dosages. Mais c’est vrai qu’il ne faut pas s’autoproclamer petit chimiste, c’est dangereux pour les poissons et les plantes.
      Par contre pour les économies, je ne te suis pas. Dans l’article je ne dis pas que je vais faire des économies grâce à la domotique, mais que ça me coûtera moins cher de faire un bac avec des oscars qu’un bac avec des discus. J’ai du mal m’exprimer. Mais oui, par contre, tu as tout à fait raison, c’est pour une satisfaction intellectuelle aussi.

      Merci de ton commentaire.

  3. LADUGUIE CHRISTIAN le

    Bjr j’adore votre commentaire je suis moi même un fou d’aquarium j’ai des siclider afriquain j’ai eu deux oscar il était magnifique et d’une gentillesse exemplaire il mesurer 45 cm adulte c’est une passion que j’ai transmis à mes deux filles elle on toujours vue des poisson à la maison alors chez elle il y a des aquarium les siclider afriquain ne son pas facile il son agressife entre eu mais bon il sont très beau merci de partager votre passion christian

  4. Beau projet, je retiens l’idée du distributeur de nouriturre, il est sympa.
    Pour les changements d’eau, javais par la passé un projet a base d’automate industriel, mais jamiq mener a bien. Le but était de gérer l’apport d’eau osmosé.

    En effet t’es discus vivent normalement dans une eau très douce, il faudrait donc prendre cela en compte. D’autre part, Quid du chlore présent dans l’eau de ville? Normalement il faudrait la laisser reposée…

    • Oui, tu as tout à fait raison pour l’eau. Avant j’étais en région parisienne, et je devais m’embéter avec les osmoseurs, les cati-ani. Par chance, j’habite dans une région où l’eau coule à 250µS et jamais très chlorée. Par contre, c’est vrai que je pourrais prévoir une sorte de cheminenement de l’eau avant qu’elle ne rentre dans mon bac… A méditer.

      Merci

  5. Pingback: Un projet d’aquarium domotisé | IoT'era

  6. Bonjour,
    J’avais un bac récifal de 130l et j’avais refait moi même l’éclairage led piloté par babyfish.
    Il faut que je le redémarre et je vais continuer avec babyfish cela fonctionne toujours.
    Pour le chauffage je pense m’orienter vers jeedom pour contrôler la température et éventuellement couper le chauffage automatiquement.
    J’ai prévu de piloter mes prises de pompe et d’écumeur par une multiprise broadlink et jeedom.
    Il reste à redémarrer l’aquarium!!!!!

  7. Bonjour,

    J’avoue que je suis dingue de domotique, même trop, mais il y a certaines choses que je ne m’aventurerai pas à automatiser avec une box domotique… Imagine en cas de bug ou fausse manip les consequences avec une gestion de chauffage ou de circulation d’eau!

    Pour moi c’est le genre d’automatisation qui doit être géré par un système qui ne fait que ça, quitte à lier ce système a l’extérieur pour certaines tâches ou fonctionnalités non essentielles.

    Ce n’est que mon avis

  8. Pingback: Inspiration du week-end (9e édition) – Chez skipcool

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.